CamilleGallardFilms / / / gallard.camille@gmail.com / © 2013 by camillegallard

Itinéraire BIS

 

Présentation de l’exposition : saisir l’étendue


Trois artistes européennes partent aux Etats-Unis dans le Rust-Belt, la zone touchée encore gravement par la crise économique.
Elles arrivent avec des questions sur leur propre identité humaine et professionnelle entrant en résonnance ou en décalage avec les derniers habitants des villes fantômes. Accueillies d’abord avec méfiance, les trois artistes font leurs preuves et construisent peu à peu leurs projets avec les habitants et leur environnement.
L’exposition que propose l’Espace Larith est le témoignage de ces expériences, mais également une belle manière de montrer la transformation de ces vécus en oeuvres d’art. L’espace est habité par trois regards très différents : le visiteur passe d’une mise en forme très poétique à une forme plutôt joyeuse ou géographique.
Ces trois artistes représentent une génération qui ressent le besoin fondamental d’échanger avec les autres et de construire leur travail sur l’expérimentation et l’improvisation. Leur travail touche, nous fait rêver et nous encourage.


 Directrice artistique de l’Espace Larith à Chambéry : Maria Landgraf

 

 

 

Itinéraire Bis est un collectif de trois artistes : Aurélie Le Maître, Camille Gallard et Sidonie Rocher. Nous développons trois démarches artistiques différentes : Aurélie Le Maître questionne le paysage urbain. Camille Gallard explore le cinéma par la fiction poétique et le documentaire de création. Sidonie Rocher développe un travail de vidéos avec un regard poétique sur le corps.

Nous nous sommes rencontrées aux Beaux-Arts en 2004 et nous nous réunissons pour le projet Itinéraire Bis.

 

En quoi consiste le projet Itinéraire Bis ?

Itinéraire Bis est un projet collectif qui consiste à explorer un même territoire où chacune développe son propre projet artistique avec ses interrogations et son regard. Le contexte du collectif nous a permis d'échanger sur nos créations et la restitution du travail par une exposition itinérante rend compte de la multiplicité des visages de ce territoire

 

Pourquoi la Rust Belt ?

En septembre 2013, nous avons traversé pendant un mois la Rust Belt : de Chicago à Pittsburgh en passant par Detroit. 

La Rust Belt, ceinture de rouille au nord-est des Etats-Unis, nous apparait comme un miroir grossissant d’une situation de crises (sociale, financière, immobilière) que nous sentons peser sur notre pays et notre génération.

 

Comment a t'on travaillé sur place ?

Sur le terrain, nous procédons comme dans un laboratoire en plein air, délocalisons nos ateliers et  nous immergeons dans le territoire : une expérience in-situ multi-disciplinaire.

Camille Gallard propose pour l’exposition saisir l’étendue, un film de fiction tourné dans la Rust-Belt accompagné de deux séries photographiques documentaires, l’une réalisée à Détroit et l’autre à Paris.
Les trois propositions plastiques, qu’elle nous invite à voir et à entendre lors
de l’exposition, se questionnent, se heurtent et se répondent sur une même
thématique: l’habitat/ l’habitant : la ville en jeu.
Camille filme avec humour l’histoire de deux parisiennes qui cherchent du travail dans la ville la plus sinistrée des USA, elle pousse les portes des appartements parisiens pour photographier les habitants dans leur réduit et réalise des inventaires des habitations de Détroit sous forme de portraits photographiques.
Elle a plusieurs manières de capter le réel. Elle le fige, le réécrit, l’amplifie ou/
et le fait jouer. Elle pose ainsi son regard ludique, intimiste sur les habitats, les
habitants et leur ville, afin de distancier, soulever, montrer, les problèmes de
précarités liés à la crise et replacer l’humain au coeur des préoccupations.